• +243 997833292
  • info@rescongo.org

: : Conférences

ResCongo_Recueil des résumés_Abstract Booklet_1ère Conférence 2018

ResCongo_Recueil des résumés_Abstract Booklet_1ère Conférence 2018

MOT DE BIENVENUE POUR LA CONFERENCE

                                                                                                      ResCongo

                                                                                      1ère Conférence annuelle

                                                                   Kinshasa, Centre culturel Boboto, 27-28 septembre 2018

                                                                                                   MOT DE BIENVENUE

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

à vos titres et qualités respectifs,

Distingués invités,

Chers participants,

Au nom du Comité directeur de ResCongo, le réseau des chercheurs congolais, je vous salue et vous souhaite la bienvenue dans ce beau cadre du Centre culturel Boboto qui nous accueille.

C’est à la fois un honneur pour moi, mais également un immense plaisir de vous accueillir en ce lieu, à l’occasion de la première conférence annuelle de ResCongo,  sur un thème aussi crucial, pertinent et actuel que celui de « Compétition d’Autorités publiques : Insécurité et provision de la justice dans les milieux urbains et périurbains en RDC ».

Depuis plusieurs décennies, la République démocratique du Congo (RDC) est confrontée à de nombreux défis sécuritaires. En effet, depuis son accession à l’indépendance le 30 juin 1960, le Congo a traversé des périodes de turbulences, ponctuées par des périodes de paix. Par ailleurs, la longue période des conflits armés et des crises politiques que le pays a connue, a plongé ce dernier dans une situation de crise multiforme et quasi permanente, caractérisée par des difficultés d’accès à la justice et à la sécurité pour les populations. Ce sont ces questions qui vont faire l’objet de discussion durant ces deux jours de conférence.

A propos de ResCongo, le réseau congolais de recherche sur la Paix et la Sécurité, il faut noter qu’il s’agit d’une plate-forme virtuelle regroupant les chercheurs congolais, tant de l’intérieur que de la diaspora, et qui ambitionne de devenir la plate-forme par excellence  qui favorise et facilite les échanges entre les chercheurs congolais, de tous les coins du pays et ceux de la diaspora, sur les plans de la recherche, de la formation, de la publication et de la dissémination des connaissances.

Le réseau ambitionne également d’être une plate-forme des chercheurs qui vise et favorise l’encadrement des jeunes pour une meilleure préparation de la relève scientifique dans le domaine des sciences sociales et humaines.

L’idée de la création de ResCongo a pris corps en 2016, à l’occasion de la clôture du projet JSRP (Justice and Security Research Programme), financé par DFID, l’agence britannique pour le développement international. Le réseau a été lancé officiellement le 5 octobre 2016, à l’Université de Kinshasa, à l’occasion de la conférence de restitution des travaux de  recherche du projet précité, sur l’accès des populations  des zones conflictuelles à la sécurité et à la justice.

ResCongo bénéficie du soutien institutionnel de DFID, la London School of Economics and Political Science, le Social Science Research Council, l’Université de Gand, l’Institut Supérieur de Bukavu et l’Université de Kinshasa. Par ailleurs, le soutien pour la première conférence de ResCongo provient de la London School of Economics and Political Science – LSE (à travers le CPAID – Centre for Public Authority and International Development – et le UK Economic and Social Research Council and Global Challenges Research Fund (ESRC-GCRF).

Au nom du Comité de ResCongo, une fois de plus, je vous souhaite la bienvenue et vous remercie d’avoir accepté notre invitation, et pleins succès à nos travaux.

Je vous remercie.

José Mvuezolo Bazonzi, PhD

Co-Investigateur Principal/ResCongo

CEP/Université de Kinshasa

PROGRAMME DE LA CONFERENCE

ResCongo

Programme de la 1ère Conférence annuelle

27-28 septembre 2018

Centre Culturel Boboto, Kinshasa

 « Compétition d’Autorités publiques : Insécurité et provision de la justice

dans les milieux urbains et périurbains en RDC »

 1ère Journée : jeudi 27 septembre 2018

8h 00 – 9h 00 : Accueil des participants

Cérémonie d’ouverture

9h 00 – 9h 05 : Annonce du programme

9h 05 – 9h 10 : Mot de bienvenue

9h 10- 9h 25: Conférence inaugurale (Prof. Noël Obotela)

9h 25 : début des travaux

Panel 1 : Conflits fonciers, autorités coutumières et accès à la justice

Jean Liyongo (président)/ Michel Bisa (discutant)

9h 25 – 9h 35 : José M. Bazonzi (Université de Kinshasa)

Conflits fonciers et impasse judiciaire à Muanda

9h 35 – 9h 45 : Ursil Lelo di Makungu (Université de Kisangani)

Insécurité foncière, autorité coutumière et gouvernance foncière dans le contexte du processus REDD+ à l’épreuve de la fragilité de l’Etat en République Démocratique du Congo

9h 45 – 9h 55 : Albert Mande (Université de Kinshasa)

Exploitation du diamant et conflits intercommunautaires au Kasaï : regard sur le conflit Luba Tchokwe dans le territoire de Kamonya

9h 55 – 10 h 05 : José Ndala (Université de Gbadolite)

Gouvernance foncière : gestion des terres par l’administration foncière de la ville de Gbadolite

Discussion (40’)

Pause-café : 10h 45 – 11h 00 (15’)

 

Panel 2 : Police nationale, phénomène “kuluna” et perception populaire du banditisme en milieu urbain et périurbain

Germain Kuna Maba (président)/ Bokakandani (discutant)

11h 00 – 11h 15 : Justin Beya Mulumba (Université de Kinshasa)

Police, criminalité et insécurité urbaine à Kinshasa : contribution à l’évaluation des stratégies de lutte contre  le phénomène kuluna

11h 15 – 11h 30 : Victor Nendaka Mvumbi (Chercheur, Matadi, Kongo Central)

L’origine et l’évolution du phénomène kuluna dans la ville de Matadi

11h30 – 11h 45 : Martin Milolo (Université de Kinshasa)

Maitres volontaires : l’émergence silencieuse d’un kulunisme déguisé à Kinshasa.

11h 45 – 12h 00 : Maguy Itema (ISP Mbandaka)

Perception populaire du banditisme en milieu urbain et périurbain. Cas de Mbandaka (de 2014 à 2018)

Discussion (40’)

Panel 3 : Insécurité et accès aux ressources naturelles

Aline Nsimire ZIHALIRWA (présidente)/Justin Beya Mulumba(discutant)

12h 40 – 12h 55 : Jacques Kambale (Université de Kinshasa)

Economie de guerre en RD Congo : incidence de multinationales dans l’émergence des conflits armés

Discussion  (10’)

Pause – repas (1h) : 13H 05 – 14h 05

Panel 4 : Enjeux et défis de la justice et de la sécurité en milieu urbain et périurbain

            Noël Obotela (président)/Ursil Lelo (discutant)

14H 05 – 14h 20 : Godefroid Muzalia (ISP Bukavu)

Comprendre le recyclage de l’insécurité dans la plaine de  la Ruzizi et dans la ville de Bukavu

14h 20 – 14h 35 : Léon Tsambu (Université de Kinshasa)

La polyarchie dans le système de fourniture de l’électricité domestique et publique à Kinshasa

14h 35 – 14h 50 : Sylvie Ayimpam et Michel Bisa (Institut des mondes africains, Aix-en-Provence ; Université Pédagogique Nationale, Kinshasa/ Université de Kinshasa)

Justice et informel en milieu carcéral. L’usage du téléphone mobile en situation de contrainte

14h 50 – 15h 05 : Jean-Denis Miala (Université de Kinshasa)

Le code de la route à l’épreuve d’un nouveau type de transport en commun dans la ville de Kinshasa. Cas des taxi-motos

Discussion (40’)

Panel 5 : Méthodologie et défis de la recherche en RDC (Tatiana Carayannis, Social Science Research Council – SSRC et Godefroid Muzalia, ISP Bukavu)

(1h) : 15h 45 – 16h 45

17h 00 : fin de la 1ère journée.

2ème Journée : vendredi 28 septembre 2018

8h 00 – 9h 00 : Arrivée des participants

9h 00 : reprise des travaux

Panel 6 : Libertés politiques, élections et accès à la justice

            Josée Cishala Mapendo (présidente)/Joseph Cihunda (discutant)

9h 00 – 9h 15 : Célestin Tshimande Tukala (Université de Kinshasa)

Élections et insécurité urbaine en RD Congo : Regard sur le scrutin de 2006 et 2011

9h 15 – 9h 30 : Bokakandani Masomi-Ngambo (Université de Kinshasa)

Protestation politique et justice au Congo-Kinshasa : Regard politologique des logiques d’une gouvernance judiciaire à double vitesse et à double « protectionnisme »

Discussion (30’)

Panel 7 : Insécurité, justice populaire et réponse étatique

            José M. Bazonzi (président)/Jacques Kambale (discutant)      

10h 00 – 10h 15 : Christelle Kilufya Mwape (Université de Lubumbashi)

Problématique de l’auto-prise en charge judiciaire dans un milieu urbain/périurbain en RDC : regard sur la ville de Lubumbashi

10h 15 – 10h 30 : Aline Nsimire ZIHALIRWA (Université Evangélique en Afrique à Bukavu ; ISDR/Bukavu)

La prévalence de la justice populaire : analyse de la crise de confiance entre la population et les institutions étatiques dans la ville de Bukavu

10h 30 – 10h 45 : Robert Beya Keshi (Cridhac, Université de Kinshasa)

Du régime juridique du phénomène Kamwina Nsapu en droit des conflits armés

Pause-café (15’)

Discussion (60’) : 11h 00 – 12h 00

Pause – repas (1h) : 12H 15 – 13h 15

Panel 8 : Perspectives de réformes des secteurs de la justice et de la sécurité

            Godefroid Muzalia (président)/Robert Beya Keshi (discutant)

13h 15 – 13h 30 : Charis Muntwani (Université de Kinshasa)

Insécurité en milieu périurbain et menaces d’implosion de l’Etat en République démocratique du Congo

13h 30 – 13h 45 : Adolphe Kilomba Sumaili (ISTM Bukavu)

La réforme du secteur judiciaire face aux attentes populaires dans un contexte de justice transitionnelle en RDC

13h 45 – 14h 00 : Joseph Cihunda & Genèse Bibi Ekomene (CREEDA, Kinshasa)

Perspectives pour le contrôle démocratique de la réforme de l’armée en République Démocratique du Congo

Discussion (45’)

Panel 9 : L’utilité de la recherche scientifique : Comment la recherche peut-elle informer les politiques publiques ? (Tatiana Carayannis, Social Science Research Council – SSRC).

(1h) : 14h 45 – 15h 45

Cérémonie de clôture: (16 h 00 – 17 h 00)

Remarques conclusives

Annonces finales et prochaine étape

Mot des organisateurs

17h 00 : Fin des travaux et cocktail.

N.B. Chaque panel est dirigé par un président qui fait office de modérateur et a la police de la discussion, et un discutant qui prend la parole à la fin des exposés du panel pour commenter ces derniers et susciter le débat.