• +243 997833292
  • info@rescongo.org

L’Afrique que nous voulons

L’Afrique que nous voulons

L’Afrique que nous voulons

Par

MILOLO NSENDA Martin

Mail : milolonsenda@gmail.com

Tel : +243 813263827

L’Afrique libre, digne et prospère que nous voulons pour notre avenir et celui  de nos enfants, nécessite une prise de conscience citoyenne par sa jeunesse pour un engagement républicain collectif en faveur d’une démocratie effective, gage d’une paix durable et d’un développement intégral. Depuis près d’une décennie à ce jour, une radicalisation citoyenne de la jeunesse émerge sur le continent avec comme objectif, l’instauration et/ou la consolidation de la démocratie dans les Etats africains. C’est la naissance inédite des mouvements citoyens  qui se veulent d’une part un mécanisme de lutte contre les régimes autoritaires africains et d’autre part, une alternative à la radicalisation terroriste et de la migration qui secouent l’Afrique.

De l’apparition d’ « il y en a marre » au Sénégal en 2011 à la naissance de la « LUCHA (lutte pour le changement) » en République Démocratique du Congo (RDC) en passant par l’avènement du « balais citoyen » au Burkina-Faso, les mouvements citoyens ont fait leurs preuves avec les premiers résultats satisfaisants notamment l’abandon d’Abdoulaye WADE de briguer un troisième mandat au Sénégal, le départ forcé de Blaise COMPAORE au Burkina et la récente première alternance démocratique historique au sommet de l’Etat en RDC.

Dans d’autre pays africains comme le Tchad, le Congo Brazza, la cote d’ivoire, le Madagascar, le mali, le Togo, le Soudan du Sud, la Gambie, l’Angola, le Burundi, etc., l’effort des mouvements citoyens pour la consolidation de la démocratie est remarquable. Et que malgré l’autoritarisme certains régimes au pouvoir dans les Pays précité, les jeunes des mouvements citoyens,  se battent y compris au prix du sacrifice suprême pour la remise effective du pouvoir entre les mains du peuple, son dépositaire naturel.

Cependant, l’on peut s’interroger sur l’indifférence des Etats et de l’Union africaine vis-à-vis de la réalité existentielle des mouvements citoyens malgré la visibilité de leur présence. Pourquoi et comment  capitaliser les efforts des mouvements citoyens pour améliorer la gouvernance politique et économique sur le continent? Tout compte fait, la révolution citoyenne des jeunes réunis au sein des mouvements citoyens est un départ prometteur pour le devenir de l’Afrique démocratique et prospère. Transversalement, la réflexion voudrait démontrer que l’Union africaine doit capitaliser l’engagement citoyen des jeunes des mouvements citoyens pour la vitalité de la démocratie, de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance sur le continent.  Il faut rappeler que ce radicalisme positif des mouvements citoyen révèle un malaise politico-économique qui a pris d’assaut le continent ces dernières décennies.  Il existe à ces jours des régimes en Afrique qui ont fait une trentaine d’années au pouvoir en violation de leurs lois fondamentales (soit par le tripatouillage de ces derniers en suppriment les nombre et la durée des mandats présidentiels). C’est le cas notamment du Cameroun, du Rwanda, du Burundi, du Congo-Brazza, de l’Algérie, du Tchad, la liste n’est pas exhaustive. 

Sans respiration démocratique, le développement en Afrique sera éternellement difficile à atteindre. De la même manière que l’Union africaine condamne vigoureusement les changements anticonstitutionnels des régimes constitutionnels dans les Etats membres, elle devrait aussi se préoccupé et mettre les garde-fous pour le respect de limitation du nombre et de la durée des mandats présidentiels au sein de ces mêmes Etats. Faute de ce mécanisme, la vigilance  citoyenne des mouvements citoyens constitue un moyen alternatif pour la promotion et la consolidation de la démocratie sur le continent et ce titre, elle devrait être soutenu voir accompagnée. 

C’est dire que l’Afrique que nous voulons est celle du changement et de conversion démocratique où les peuples  décident sur leur destin et celui de leurs enfants, au lieu que ça soit un groupe des conservateurs du pouvoir, qui le fait à leurs place.  Cet Afrique démocratique posera les bases  du décollage économique qui permettront aux milliers d’africains (qui sont confrontés à un chômage endémique) à contribuer à l’effort pour le développement  du continent par le travail et à stopper la fuite des cerveaux. Car chaque jour, nombreux sont des jeunes africains qui traversent la mère ou le désert (y compris au prix de leurs vies) à cause des crises dû à l’apartheid économique installé par un groupe d’individus au pouvoirs et ses collaborateurs qui vivent dans l’extravagance de jets privés et des villas en Europe, en Amérique ou en Asie ; alors que la grande majorité doit continuer à serrer la ceinture.  

En outre, les efforts des mouvements citoyens sont soutenus par la diaspora africaine qui y contribue aussi bien moralement que financièrement. Cet acte démonte l’africanité de la diaspora africaine et son attachement à la mère-patrie, qui rendra ainsi facile le transfert des technologies au continent à travers ses enfants répartis dans le monde entier. Car en cas de changement démocratique en Afrique, une grande partie de sa diaspora contribuera à son développement économique soit, en revenant pour y travailler, soit en investissant.  En définitive, nous voulons une Afrique démocratique et prospère, qui favorise l’avenir des africains en Afrique. D’où la nécessité pour l’Union africaine d’encourager les mécanismes de promotion de la démocratie et la bonne gouvernance, notamment l’accompagnement des mouvements citoyens.  

webmasteR

1 réflexion au sujet de « L’Afrique que nous voulons »

CEC CANADAPublié le  11:09 - Juin 8, 2019

Référence de l’offre: V69-1272361-08L/CEC-2018
Lieu de travail: Canada
Type de contrat: CDI

AVIS D’APPEL D’OFFRE D’EMPLOI INTERNATIONAL

Sous l’autorité du conseil d’administration et pour promouvoir l’emploi et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés et autres en vue d’atteindre les objectifs,
la Corporation Emploi Canadienne (CEC), lance un programme de recrutement de personnels de toutes catégories confondues dans le monde entier pour un emploi ou stage payant. A la suite de nos récentes conseille, La Corporation Emploi Canadienne (CEC), dont les collaborateurs sont tous des professionnels de leur domaine respectif et des ressources Humaines recrute pour plusieurs postes dans les secteurs spécifiques comme:

– Télécommunications,
– Ressources Humaines,
– Ingénierie,
– Banque & Finances,
– Comptabilité, Industrie,
– Logistique & Services,
– Social,
– Informatique,
– Environnement.

Notre objectif majeur étant d’encourager des travailleurs étrangers, nous cherchons des personnes prêtes et déterminées à travailler dans nos structures.

* CONDITIONS D’EMBAUCHE
1-Avoir entre 20 et 50 ans au plus.
2-Être de bonne moralité.
3-Être disponible à voyager immédiatement.
4-Savoir bien parler le français ou l’Anglais
5-Être titulaire du BACCALAURÉAT ou autre diplôme professionnel
6-Avoir acquis d’expérience professionnelle serait un atout

Dossier de candidature:
1- Une lettre de motivation
2- Une Photo d’identité
3- La copie de votre diplôme ou attestation à faire valoir

NB : Nous tenons à informer au public que chaque postulant(e) doit s’acquitter des frais de contrat de travail qui seront déterminer après étude du dossier de soit. Notre annonce diffère des fausses annonces d’emploi du net, pour ce fait nous prions recevoir les dossiers des postulant(e) sérieux et responsable.

* A QUI ADRESSER SA CANDIDATURE :

Si vous désirez postuler, veuillez nous envoyer par e-mail, votre CV accompagné d’une lettre de motivation en précisant le poste que vous recherchez à notre bureau: secretariat.cec@fastservice.com

Le chargé de l’information

Corporation Emploi Canadienne (CEC)
Administratrice des Ressources Humaines
Email: secretariat.cec@fastservice.com

Laissez votre message